Aller au contenu principal du site

La protection de l'eau

Eau et Assainissement, Eau potable

LA DEMARCHE DE PRESERVATION DE L'EAU POTABLE

La protection de la ressource en eau est depuis 2009 l’un des enjeux du Grenelle de l’Environnement. Sur le territoire, les collectivités locales mènent depuis 2010 une politique préventive de protection du captage de Limésy-Becquigny.

 

Une première phase a permis l’étude de délimitation de la zone alimentant la nappe souterraine. Ce territoire est nommé Bassin d’Alimentation de Captage (BAC). Un Bassin d’Alimentation de Captage est le territoire en surface où toute goutte d’eau qui s’y infiltre est susceptible d’être pompée par le captage. Il est déterminé au vu de l’hydrogéologie et de la topographie du secteur.

 

Comment délimite-t-on un BAC ?

C’est par la compréhension du fonctionnement géologique et hydrogéologique du territoire que l’on trace la délimitation d’un BAC. L’analyse de l’écoulement de l’eau souterrain nous informe sur la partie de la nappe souterraine qui alimente le captage et que l’on doit protéger.

 

Un plan d’actions adapté

Après l’étude du fonctionnement hydrogéologique de l’aquifère, le tracé des périmètres de protection du captage a permis de définir les éléments de vulnérabilité de l’ouvrage vis-à-vis des pollutions ponctuelles bactériologiques et chimiques à proximité. Ces périmètres ont été déclarés d’utilité publique. La gestion de ces espaces est règlementée. Par ailleurs, la Communauté de Communes Caux Austreberthe affiche une volonté de protection du Bassin d’Alimentation de Captage contre les pollutions diffuses sur un plus grand territoire. Pour se faire, elle a construit avec les acteurs du territoire un plan d’actions territorial. 

 

Sur le Bassin d’Alimentation du Captage de Limésy-Becquigny, un programme d’actions a été établi à partir de diagnostics préalables des risques de pollution (agricole, domestique, urbaine). Le BAC de Limésy couvre une superficie de 60 km² et concentre 140 exploitations agricoles, une vingtaine de communes et plusieurs centaines de linéaires de routes, d’autoroute et de voies ferrées.

 

Son programme d’actions prévoit une sensibilisation auprès de l’ensemble des acteurs du territoire de sorte de développer et encourager des pratiques humaines respectueuses de la ressource (production agricole responsable, entretien des espaces publics sans produit phytosanitaire, bonnes pratiques au jardin, etc). Le programme d’actions comporte plusieurs volets: lutte contre les ruissèlements, lutte contre les pollutions d’origine phytosanitaires et azotés en zone agricole, lutte contre les pollutions phytosanitaires en zone non agricole, communication, etc.

 

A retenir

Par opposition à la pollution « ponctuelle », la pollution « diffuse » est une pollution des eaux due non pas à des rejets ponctuels et identifiables, mais à des rejets issus de toute la surface d'un territoire. La pollution est indirecte, par entrainement de produits polluants dans les eaux qui percolent ou ruissellent.

 

 

VOUS POUVEZ EGALEMENT AGIR A VOTRE ECHELLE, POUR CELA CONSULTEZ NOTRE PAGE JARDINER AUTREMENT DANS L'ONGLET ENVIRONNEMENT.