Aller au contenu principal du site

Jardiner autrement

Environnement

Retour sur la fête de la nature 2019

Pour la 2ème année consécutive, le 25 mai 2019 la Communuaté de communes Caux-Austreberthe a participé à la fête de la nature organisée au Centre Eau Risque et Territoire situé à Villers-Ecalles.

Le temps ensoleillé a permis de rendre cette journée très agréable et près de 500 visiteurs ont pu découvrir «  la nature en mouvement » via différents ateliers.

Les enfants ont eu la joie d’explorer la vie de la mare, pêcher les canards dans le ruisseau, découvrir le monde de l’eau et de l’inondation, créer des objets flottants en matériaux recyclés ; prendre en main de l’osier qui se plie dans tous les sens. Ils ont également pu découvrir comment dompter la nature :en témoigne la maison en saule, ou la façonner avec la construction de la maison en torchi.

Ils ont pu découvrir le potager vivant et la 2ème vie des déchets, grâce à l’atelier mis en place par la Communauté de communes.

Des clowns Waterploufs ont sensibilisé les participants au fil de l’eau et de belles photos de l’œil de Guimouth, capturant la merveilleuse nature du quotidien ont pu être admirées.[LT1] 

Dès 19h, les stands ont été remplacés par un espace pique-nique et restauration à disposition des participants.

Ensuite, à la tombée de la nuit, les familles ont pu aller à la rencontre des chauves-souris avec une sortie dans la zone humide du CERT, un moment propice à l’écoute et l’observation de la vie qu’accueille cet espace naturel.

La soirée s'est terminée pour une quarantaine de personnes par la projection en plein-air du film d’animation « Minuscule : la vallée perdue des fourmis », avec La caravane Libellule.

 

 

 

 

Comment jardiner autrement, naturellement 

 

70 % des molécules phytosanitaires retrouvées dans notre eau sont des désherbants comme le Glyphosate et l’Acide Amino-méthylphosphonique (Ampa), un produit issu de sa dégradation. Les utilisations non agricoles ne représentent que 5 à 10% des quantités épandues de produits phytosanitaires en France. Néanmoins une étude menée sur le BAC en 2012 fait le constat que, rapporté au m², les particuliers épandent de 6 à 20 fois plus de produits! 

 

Un jardin sans pesticide? 5 règles d’or

 

Aménager son jardin

Créer des conditions qui freinent le développement des parasites et maladies, pailler, serrer les plants, daller.

Choisir des variétés résistantes, associer des plantes compagnes (allélopathie), accepter de garder un coin habité de fleurs sauvages qui favorisent la biodiversité …

 

Privilégier les pratiques manuelles

Désherber le plus possible à l’aide d’une binette, d’un couteau à désherber, d’un sarcloir ou d’une houe.

Enrayer une attaque dès son apparition en ramassant les adultes et larves de doryphores des pommes de terres, les chenilles sur les feuilles, couper la première branche infestée, arracher et brûler le premier plant malade…

 

Utiliser les prédateurs naturels

Créer des abris (nichoirs, mangeoires, bassins, murets) pour développer la lutte biologique par les ennemis naturels des ravageurs:

Les hérissons et les crapauds mangent des limaces. Les chenilles et les larves de coccinelle et de syrphe mangent les pucerons. Les oiseaux, les grenouilles, les araignées, et les lézards mangent les insectes, mouches et larves.

 

Mettre en place des barrières  ou pièges mécaniques

Contre limaces et escargots: barrière de cendres de bois ou de sciure autour des cultures
Contre insectes: pièges à réservoir d’eau sucrée à côté des cultures fruitières, filets à mailles très fines au-dessus des cultures, bandes collantes de couleurs attractives ou des bandes-pièges de glu autour des troncs des arbres.

 

Choisir des produits de traitements naturels

Contre les ravageurs: le Pyrèthre (nuit aux altises, doryphores, pucerons), le Savon noir et la tanaisie (contre pucerons, cochenilles, mouches blanches), Purin d’ortie (pour la défense des plantes, contre pucerons, acariens),
Contre les maladies: Bouillie bordelaise (contre les maladies cryptogamiques), Soufre (prévention contre l’oïdium).