Aller au contenu principal du site
sur Facebook sur twitter

Les mobilités sur notre territoire / La voie verte

Aménagement, Mobilités

Avril 2021, la Communauté de communes devient autorité organisatrice des mobilités

 

Caux-Austreberthe se positionne en acteur fédérateur de la mobilité pour élaborer sa stratégie locale de mobilité et son intégration aux autres politiques publiques locales.


∙ Un transfert de compétence de la Région à la Communauté de communes Caux-Austreberthe
 

Prendre la compétence ne signifie pas prendre en charge les services déjà organisés par la Région sauf si l’EPCI le demande spécifiquement et cela n’oblige pas non plus à mettre en place des services de mobilité. La compétence mobilité peut s’exercer « à la carte », c’est-à-dire que la Communauté de communes choisit les réponses qu’elle souhaite apporter aux besoins de mobilité du territoire en complément des services déjà proposés par la Région.
Un schéma des mobilités sera réalisé pour déterminer les politiques de mobilité à décliner sur le territoire.

∙ Caux-Austreberthe pourra proposer de nouveaux services adaptés au contexte local

Il sera envisagé un transport public de personnes et de transport à la demande. Dans le même sens, la proximité territoriale devrait permettre  de créer des services de mobilité solidaire pour apporter des aides individuelles à la mobilité.

L’organisation du transport scolaire des communes pourra être transféré à la Communauté de communes. 

∙ Transition écologique et mobilités douces

Ce volet mobilité est un levier fort d’action sur le champ du développement durable. Il s’agira de continuer le développement d’alternatives décarbonées pour permettre aux habitants de se déplacer sur le territoire en étant acteurs de la transition éccologique. Cela passe nécessairement par le développement d’un réseau cyclable et pédestre qui maille l’ensemble du territoire. 

La Communauté de communes sera également coordinatrice du développement des services de mobilité actives et de véhicules à partager, comme le co-voiturage. 

 

Une enquête pour ajuster les politiques publiques.
Actuellement sans document cadre de planification type, la Communauté de communes doit se doter d’outils pour appréhender le développement de son territoire et anticiper les mutations sociétales, économiques, environnementales.
La réflexion initiée en novembre se place en préambule du PLUi HD pour apporter un cadre de connaissance aux élus sur les dynamiques du territoire en matière de mobilité. 
Des données de mobilité, précieuses pour l’élaboration des politiques publiques

Le territoire Caux-Austreberthe adhérait en 2020 à l’Agence d’Urbanisme de de Rouen et des Boucles de Seine et Eure ( AURSBE) pour bénéficier d’une expertise et de données. Ces données vont permettre d’ajuster la réalisation du futur document d’urbanisme intercommunal et aussi le travail piloté par la Région portant sur les bassins de mobilités.
L’enquête réalisée par l’Agence de l’Urbanisme permet de mieux comprendre le fonctionnement des ménages en dressant un état des lieux de notre territoire avec le recensement et la mise en relation d’informations telles que l’évolution de la population, la typologie de l’habitat et des espaces (agricole, urbain etc). [voir encadré]

  • Certaines compétences régionales actuelles restent dans le champ d’action de la Région Normandie 

les services en dehors de la limite du territoire, le transport scolaire . Les services de navettes destinés aux seniors sont du transport privé.

  


Extrait de l’enquête ménages et déplacements menée par l’Agence d’Urbanisme de de Rouen et des Boucles de Seine et Eure. 

Zoom mobilité générale. 

  • Il y a 55.600 déplacements par jour interne au territoire (hors week-end et jours fériés) et 38 600 déplacements de personnes extérieurs qui entrent sur notre territoire. 
  • Ce sont en moyenne 1,9 fois plus de personnes qui viennent sur notre territoire que de personnes qui en sortent, et c’est encore plus vrai avec le secteur le Trait/Duclair : il y a 5,5 fois plus de personnes qui viennent de ce secteur à Caux-Austreberthe que l’inverse ! Ce qui démontre l’attractivité du territoire. 
  • La longueur moyenne d’un déplacement interne au territoire d’un habitant de Caux-Austreberthe est de 2,9 km. De quoi ouvrir de belles perspectives pour les modes doux.  Et 27,2 km lorsqu’ils sortent du territoire.
  • Pourquoi sortent-ils ? Principalement pour aller travailler puisque 67 % des actifs du territoire travaillent à l’extérieur.

Zoom déplacements professionnels. 
D’où proviennent les personnes qui viennent travailler sur le territoire ou à l’inverse, qui se déplacent à l’extérieur ?

  • Au quotidien : 15 500 déplacements professionnels par jour tout confondus qui concernent le territoire dont
  • 46% des déplacements sortent du territoire (+14% en 10 ans) en direction principalement de la Métropole Rouen Normandie
  • 21 % des déplacements professionnels sont internes au territoire, des habitants qui travaillent sur place.
  • La conclusion ?  Si plus d’habitants Caux-Austreberthe travaillent à l’extérieur du territoire depuis 2007, il reste très attractif grâce à ses 8.750 emplois et 1.585 entreprises. D’ailleurs depuis 2007, le nombre de personnes extérieures travaillant sur notre territoire est en augmentation de 14%

Zoom Mesnil Roux

  • La zone commerciale de Barentin est un des 3 principaux lieux de destination du périmètre de l’agence d’urbanisme qui recouvre 740 000 habitants, elle est à ce titre considérée comme « un pôle générateur de trafic ». 
  • Ce sont 32.000 déplacements par jour qui sont constatés sur cette zone dont 2/3 par des personnes extérieures au territoire principalement de la Métropole de Rouen puis d’Inter-Caux Vexin. 

Zoom modes de déplacements
Quels types de transport utilise-t-on ?  

Globalement, tous déplacements confondus (interne et externe) la voiture reste le mode de transport majoritaire (87% pour les déplacements entre Caux-Austreberthe et l’extérieur) avec une tendance marquée à l’autosolisme. En moyenne, il y a par exemple 1,19 personne par véhicule originaire du territoire qui emprunte l’A150 pour se rendre dans le cœur urbain de Rouen. 

Néanmoins, des évolutions intéressantes sont à noter. Lorsque l’on zoome sur les déplacements internes à Caux-Austreberthe la marche représente 23% des déplacements et atteint même 46% pour les déplacements de moins de 1,5km, soit 10.600 déplacements en moyenne par jour (hors week-end et jours fériés) 


Un maillage adapté qui favorise les alternatives à la voiture 

Le territoire de la Communauté de communes  a historiquement été connecté aux réseaux de circulations existants : voies ferrées de l’Austreberthe assurant un débouché vers la Seine, ligne SNCF Paris / le Havre et anciennes routes nationales 15 qui relient Rouen au Havre. Plusieurs modes de déplacements existants sont ainsi favorables, d’autres seraient à développer. 

Situées à l’intersection des chemins, les villes de Barentin mais surtout Pavilly ont très tôt joué le rôle de villes-marchés pour les territoires agricoles qui les entourent, tout en constituant sur le plateau les satellites urbains des grandes villes de la côte et de la vallée de la Seine. 

Un réseau routier  très emprunté

L’autoroute A150 relie Yvetot à Rouen et elle permet d’atteindre Rouen en 15 minutes. 

La D6015 rejoint Rouen à Yvetot et traverse 3 communes sur le territoire : Barentin, Pavilly et Bouville. Empruntée par de nombreux automobilistes, elle a fait l’objet de nombreux aménagements pour la rendre plus sécuritaire, dans les villages traversés ou entre les zones d’habitat pour ralentir la circulation et inciter  à l’emprunt de l’autoroute surtout pour les camions. 

> L’aire de covoiturage
Caux-Austreberthe est un territoire présentant des déplacements importants avec une part importante de déplacements professionnels. Dans le cadre d’une nouvelle politique de mobilité souhaitant diversifier l’offre du territoire, la Communaté de communes s’est rapprochée du Département de Seine-Maritime et un accord est intervenu pour la réalisation d’une future aire de covoiturage à la limite de Barentin et la Métropole de Rouen. Ce sont prochainement 170 places de covoiturage qui seront réalisées.  

Un réseau ferré propice
La ligne Le-Havre/Rouen/Paris traverse le territoire.  Deux gares à Barentin et à Pavilly sont situées à moins d’1km l’une de l’autre.
Les gares de Barentin et Pavilly sont un atout pour le territoire mais sous-exploitées : problème récurrent de stationnement, accès routier difficile, faible rôle de mobilité pour le territoire. Forte de ce constat, Caux-Austreberte a sollicité la Région et la SNCF pour mener un travail de restructuration de l’offre ferroviaire sur le territoire. Une démarche partenariale est donc lancée pour intégrer les besoins de mobilités actuels et futurs, caractériser le besoin des usagers, envisager des rabattements d’autres modes de transport et étudier le niveau de services attendus. Votre avis sera sollicité prochainement dans le cadre d’une enquête clients.

Un réseau de bus qui s’est étoffé
Le Département de Seine-Maritime a mis en place un réseau de bus entre les espaces ruraux et les grandes villes du territoire, maintenant géré par la Région Normandie. Le réseau s’est étoffé au fil des années. La ligne de bus 26Y, possède 2 sections : Yerville/Yvetot/Pavilly et Pavilly/Rouen, traverse nos communes.

> Le bus à haut niveau de service
L’A150 est congestionnée depuis longtemps aux heures de pointe et ce notamment à cause d’un phénomène appelé autosolisme consolidé par une faible offre alternative. Le gabarit de la A150 permet d’envisager des solutions complémentaires à la voiture. Caux-Austreberthe s’associe à la Métropole Rouen Normandie pour étudier l’opportunité technique et financière de la mise en place d’un bus à haut niveau de service en voie centrale. Inspiré de conception nord et sud-américaine des lignes express de bus à très grande capacité, le bus à haut niveau de service est une solution souple qui répond aux besoins de mobilité d’aujourd’hui et de transition énergétique. à suivre

Les modes  de déplacement doux 

La pratique du vélo n’est pas la plus aisée, en raison de la topographie liée à la vallée de l’Austreberthe. La voie verte, (Voie Claude Lemesle) longue d’environ 6km, située en fond de vallée sur le tracé d’une ancienne voie ferrée, a été prolongée par la Communauté de communes en 2019. Elle relie les villes de Pavilly, Barentin et Villers-Ecalles. Elle est intégrée au GR 212 qui  peut être parcouru à pieds et à vélo. 
En 2021, la Communauté de communes s’est fixée pour objectif de réaliser 48 km de chemin supplémentaire pour relier la voie verte aux différents centre-bourgs.

> Le raccordement à la voie verte
La voie verte Caux-Austreberthe est largement plébiscitée par les habitants du territoire. Son cadre naturel, ses 6 kms de voies et son accessibilité en font une artère centrale de notre territoire. Pour conforter son usage et offrir de nouvelles perspectives de balades, un travail commun est engagé pour raccorder notre voie à celle de Duclair, soit 5 nouveaux kilomètres permettant d’aller et venir entre la Seine et l’Austreberthe.    

Il existe également plusieurs chemins de randonnée qui ne sont pas listés officiellement mais qui sont ouverts à tous. La Communauté de communes a répertorié un certain nombre de ces chemins. 


La voie verte - Voie Claude Lemesle

L'axe principal de déplacement doux de la Communauté de Communes communément appelé "la voie verte", a été rallongé. Elle porte désormais le nom de Voie Claude Lemesle, en hommage à l'ancien Maire de Pavilly.

 

Ce sentier offre d’agréables promenades et il est un lien essentiel au cœur de la vallée en traversant trois communes et une grande variété de paysage.

 

La « voie verte » comme elle est communément appelée, porte le nom de voie Claude Lemesle en hommage à l’ancien Maire de Pavilly. Elle possède un linéaire proche de 6 km qui s’étend sur les communes de Pavilly, Barentin et Villers-Ecalles.

Ce sentier est situé sur une ancienne voie ferrée dont les rails sont restés apparents. Ce tracé qui permet d’apprécier pleinement la diversité du paysage et du patrimoine du territoire, a été remarqué par la Fédération française de randonnée pédestre. Celle-ci a sollicité la Communauté de communes Caux-Austreberthe pour l’intégrer dans son parcours GR212, une belle reconnaissance pour la voie verte.

Elle est dédiée aux modes de déplacements doux (marche, vélo etc.) et son tracé plat en fond de vallée permet à chaque public qu’il soit senior, sportif, jeune enfant etc. de s’y déplacer très facilement. De nombreux bancs et tables sont propices à faire des arrêts pour profiter de la nature et des paysages environnants.

Le projet est engagé dans la démarche «zéro phyto» depuis 2015, soit avant les obligations législatives. C’est pourquoi au-delà des fossés, la végétation naturelle est maintenue pour éviter les interventions de désherbage. Cet espace naturel fera prochainement l’objet d’un diagnostic faune/flore.

De nombreux chemins de randonnée passent à proximité de la voie verte et l’objectif sur le long terme est d’interconnecter tous ces tracés pour créer un maillage de mobilités douces sur l’ensemble du territoire et en lien avec les autres territoires.

 

Un support de la vie locale

De nombreuses pratiques et évènements y sont organisés par les communes et les diverses associations de notre territoire : randonnées au profit d’octobre Rose, session de nettoyage avec le collège Catherine Bernard, support de la politique de la ville avec le CCAS et le quartier Lalizel de Barentin.

Ce chantier a représenté un investissement de 370 000 €, financé par la Communauté de communes Caux-Austreberthe, dont 50 000 € subventionnés par le concessionnaire de l’A150 : ALBEA.