Aller au contenu principal du site

Le territoire

La communauté de communes

Près de 20 années d'existence pour la Communauté de communes

 

Créée en décembre 2001, la Communauté de Communes de Caux-Austreberthe regroupe 9 communes de Seine-Maritime. Cette communauté fédère, de façon harmonieuse, un réseau de bourgs et villages ruraux gravitant autour du pôle central constitué par les communes de Barentin et Pavilly

Ses perspectives de développement économique ses ambitions en matière de protection de l’environnement et surtout la réalisation du projet de territoire pour les dix années à venir laissent imaginer une évolution dynamique et un avenir prospère. 

 

Les communes 

Barentin (76360)

Blacqueville (76190)

Bouville (76360)

Emanville (76570)

Goupillières (76570)

Limésy (76570)

Pavilly (76570)

Sainte-Austreberthe (76570)

Villers-Ecalles (76360)

 


EN CHIFFRES

66 km² 

25 306 habitants.

Population  24 846

Nombre de ménages 10 664

Nombre d’actifs ayant un emploi 10378

Nombre de logements 11 286

% de diplômés de l’enseignement supérieur 20,9%

Equipements publics :

21 Ecoles primaires - 2 écoles primaires privées - 3 collèges publics - 2 lycées - 1 hôpital - 1 théâtre

 

Economie 

Nombre d’établissements  1 585

Nombre d’emplois 8 736

Répartition

Agriculture  5,4%

Construction  9,%

Commerce, Transport, Restauration 64,2%

Administration publique 15%

Industrie  6,4%

 

Mobilités

Près de 6km de voie verte piétonne et cyclable 

GARE 223 000 voyageurs/an

Projet de plateforme de covoiturage : 176 places

15 min de Rouen

45 min de Dieppe/Le havre 

1h15 de Paris 

ZONE COMMERCIALE : 20 000 passages/jour et 24 000 déplacements/j

 

Hors Métropole, notre territoire attire2x plus d’actifs que les territoires voisins 

 

INVESTISSEMENTS : 4 millions d'euros 

 


COMPETENCES

 

Compétences obligatoires

1° Aménagement de l'espace pour la conduite d'actions d'intérêt communautaire ; schéma de cohérence territoriale et schéma de secteur ; plan local d'urbanisme, document d'urbanisme en tenant lieu et carte communale ; - Développement du réseau numérique à très haut débit, - Elaboration et suivi des politiques contractuelles d'aménagement du territoire avec l'Etat, la Région, le Département et l'Union européenne notamment.

2° Actions de développement économique dans les conditions prévues à l'article L. 4251-17 ; création, aménagement, entretien et gestion de zones d'activité industrielle, commerciale, tertiaire, artisanale, touristique, portuaire ou aéroportuaire ; politique locale du commerce et soutien aux activités commerciales d'intérêt communautaire ; promotion du tourisme, dont la création d'offices de tourisme ; - Mise en œuvre d'actions de communication grâce à la diffusion régulière de bulletins d'informations, - Mise en œuvre d'insertions dans les journaux spécialisés d'Informations relatives aux opportunités apparaissant sur le territoire de la Communauté de Communes Caux-Austreberthe, - La création le cas échéant d'une cellule de promotion interne, - Actions de maintien des activités de services et commerciales de centre-bourg, 17

3° Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations, dans les conditions prévues à l'article L. 211-7 du code de l'environnement ; 1. L'aménagement d'un bassin ou d'une fraction de bassin hydrographique ; 2. L'entretien et l'aménagement d'un cours d'eau, canal, lac ou plan d'eau, y compris les accès à ce cours d'eau, à ce canal, à ce lac ou à ce plan d'eau ; 5. La défense contre les inondations et contre la mer ; 8. La protection et la restauration des sites, des écosystèmes aquatiques et des zones humides ainsi que des formations boisées riveraines.

4° Aménagement, entretien et gestion des aires d'accueil des gens du voyage et des terrains familiaux locatifs définis aux 1° à 3° du II de l'article 1er de la loi n° 2000-614 du 5 juillet 2000 relative à l'accueil et à l'habitat des gens du voyage.

5° Collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés.

6° Plan Climat Air-Energie Territorial conformément à l’article L229-26 du Code de l’environnement. Compétences optionnelles 1° Protection et mise en valeur de l'environnement, le cas échéant dans le cadre de schémas départementaux et soutien aux actions de maîtrise de la demande d'énergie ; - Création, aménagement et entretien des chemins pédestres et cyclistes référencés au plan départemental. 2° Politique du logement et du cadre de vie. 2° bis En matière de politique de la ville : élaboration du diagnostic du territoire et définition des orientations du contrat de ville ; animation et coordination des dispositifs contractuels de développement urbain, de développement local et d'insertion économique et sociale ainsi que des dispositifs locaux de prévention de la délinquance ; programmes d'actions définis dans le contrat de ville. 3° Construction, entretien et fonctionnement d'équipements culturels et sportifs d'intérêt communautaire et d'équipements de l'enseignement préélémentaire et élémentaire d'intérêt communautaire ; - Prise en charge des actions en faveur de la promotion d'événements sportifs ou culturels d'intérêt communautaire en fonction des critères instaurés par les commissions.

Sont considérés d’intérêt communautaire : 

-Le complexe aquatique de l’Atréaumont

- Les subventions de fonctionnement pour les clubs suivants : - L’USSAPB - Tennis Club Pavilly/Barentin - Athlétique Club de Barentin 

- La mise en réseau des médiathèques/bibliothèques.

- Action sociale d'intérêt communautaire. Lorsque la communauté de communes exerce cette compétence, elle peut en confier la responsabilité, pour tout ou partie, à un centre intercommunal d'action sociale constitué dans les conditions fixées à l'article L. 123-4-1 du code de l'action sociale et des familles ; - Le soutien aux actions en faveur de l'insertion et de la formation des demandeurs d'emplois et plus particulièrement des 16-25 ans, adhésion de la Communauté de Communes Caux-Austreberthe aux missions locales pour l'emploi, en lieu et place des communes, - Prise en charge de la gestion du personnel et des frais de fonctionnement du relais d'assistantes maternelles, - La mise en place d’une réflexion sur un centre social intercommunal.

- Création et gestion de maisons de services au public et définition des obligations de service public y afférentes en application de l'article 27-2 de la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations.

 


TERRITOIRE

Un territoire structuré autour de la vallée de l’Austreberthe Le territoire de la CCCA est situé à la lisière du Pays de Caux, vaste entité paysagère constituée d’un plateau calcaire allant de la Manche et la vallée de la Seine. Largement occupé par une activité agricole où l’élevage et ses prairies laisse peu à peu la place à de grandes cultures industrielles conférant au paysage son aspect d’openfield, le plateau Cauchois se caractérise également par une succession de villages et hameaux dispersés.

Des franges boisées ceinturent ces zones habitées formant des clos masures, structures emblématiques du patrimoine seinomarin. Ces talus plantés procurent alors un aspect boisé au paysage agricole globalement plus ouvert. Ces éléments traditionnels du plateau Cauchois sont complétés par une urbanisation nouvelle, s’implantant en périphérie de bourg ou le long des axes de circulations principaux.

Le Pays de Caux se vallonne à mesure qu’il se rapproche des vallées et en particulier de la vallée de l’Austreberthe, où les talwegs se creusent pour ruisseler vers les vallées.

En opposition au secteur de plateau, la vallée de l’Austreberthe est extrêmement encaissée. La vallée de l’Austreberthe s’enfonce profondément dans le plateau et assure l’interface entre le cœur du pays de Caux et la vallée de la Seine. Au niveau de Barentin, le fond de vallée est situé 60 mètres en-dessous du niveau du plateau. Les coteaux relativement abrupts accentuent l’impression d’encaissement dans les vallées. Néanmoins, elles ont pour la plupart un profil dissymétrique avec des coteaux Est souvent beaucoup plus doux que ceux de l’Ouest. La plupart des coteaux de vallées et notamment les plus raides restent encore actuellement occupés par des boisements. Au fond de cette vallée, la rivière Austreberthe serpente sur 9 km à travers le territoire de la CCCA et rejoindra la Seine après un passage par le territoire de la Métropole Rouen Normandie au Sud.

 

Cette rivière de la craie présente la majeure partie de l’année des débits stables typiques des rivières alimentées par la nappe mais provoque régulièrement des inondations lors de ses débordements en cas d’apport d’eaux de ruissellement des plateaux adjacents. Classée en 1è catégorie, elle présente une vie biologique abondante et pourrait accueillir sur sa partie amont les salmonicoles migrateurs, truite de mer ou saumon déjà présent à l’aval du cours d’eau mais dont la remontée vers le territoire de la CCCA est entravée par la présence d’ouvrage en rivière actuellement infranchissable. Sa force motrice largement utilisée historiquement pour développer l’activité industrielle locale, la rivière et ses biefs, traversent nombre des quartiers sans pour autant être mise en valeur. Leurs abords peuvent parfois se révéler peu soignés et les chemins restent ponctuels le long du cours d’eau en dépit de plusieurs opérations d’aménagement emblématiques menées au cours des dernières années.

En complément d’une urbanisation omniprésente, le fond de vallée compte quelques rares espaces naturels qui accueillent des formes d’agricultures variées plus ou moins intensives, une ex-cressonnière et des terrains présentant une faible densité d’urbanisation permettant l’expression du caractère naturel des terrains.

Ces espaces sont situés majoritairement au sud du territoire de la CCCA et dans les parties amont des vallées de l’Austreberthe et de son affluent le Saffimbec. Moins identifiable au premier abord, l’intérieur du tissu urbain, et en particulier ses sites industriels désaffectés, présente néanmoins des zones d’intérêt biologique, mosaïque de micro milieux au sein même de la cité.

En fonctionnant selon un modèle des pas japonais, ces ilôts de naturalité jouent un rôle majeur dans le fonctionnement biologique du territoire en maintenant les corridors écologiques nécessaires à la vie de nombreuses espèces. Vallée humide et coteaux boisés ont amené au classement en ZNIEFF de type II d’une partie du territoire de la CCCA ;